L'histoire de la soie

Depuis plus de 4000 ans, les chinois considèrent la soie comme la matière luxueuse par excellence.


A l’origine, seuls les empereurs pouvaient en porter. Plus tard, le privilège s’élargit aux plus hauts dignitaires. Puis, alors que les techniques de production s’amélioraient, son usage se répandit. La soie était considérée bien plus précieuse que l’or et fût utilisée comme monnaie d’échange.


Au second siècle avant notre ère, les empereurs Han assiégés par des barbares nomades eurent besoin d'alliés et de chevaux. Pour acheter les deux, la Chine céda ce qu'elle avait de plus précieux, la soie, et prit la décision de s'ouvrir au commerce et au monde extérieur. C’est ainsi que la Route de la soie vît le jour. Grâce à elle, la Chine commença à répandre la soie vers l’ouest. Le secret de sa fabrication fût cependant jalousement gardé sous peine de mort pendant plus de 2500 ans.


Marco Polo sur la route de la soie, Atlas Catalan, XIVe s., BnF, Paris

Les autres peuples inventèrent alors diverses origines à ce tissu merveilleux. Dans l’Antiquité, les Romains et les Grecs, grands admirateurs du tissu, restaient persuadés que les Chinois récupéraient le fil sur les feuilles des arbres ! C’est ce qu’affirma Virgile dans les « Georgiques » ou encore Pline l'Ancien dans son « Histoire naturelle ».


Au Ve siècle, une princesse chinoise fût fiancée au roi de Khotan, une oasis au nord de la plaine Tibétaine. Refusant de se priver de l’étoffe qu'elle adorait tant, la princesse enfreint l’interdiction d’exporter le vers à soie et dissimula un cocon et des feuilles de muriers dans sa coiffure pour les offrir à son promis le roi.


Au milieu du VIe siècle, on raconte que l'empereur byzantin Justinien utilisa comme agents secrets de mystérieux moines chrétiens qui réussirent à dissimuler des vers à soie dans leur canne en bambou de pèlerins et les ramenèrent à Constantinople. Ainsi, Byzance eut enfin accès à la matière première sans avoir à l'importer de Chine ni à payer la rançon qu’imposaient les intermédiaires perses.


L'Empereur Justinien    Ménade en robe de soie, Ie s., Pompéi, Musée national, Naples.   

Mais les grands diffuseurs du secret furent cependant, un siècle plus tard, les arabes : après avoir conquis la Perse, ils développèrent l'élevage de la soie autour de la Méditerranée. Mais, les secrets et techniques de la production de soie n’arrivèrent en Europe occidentale que 700 ans plus tard. L’Italie puis la France devinrent les deux premiers pays producteurs en Europe. Enfin, quelques Huguenots ayant fuit la France vers les Flandres établirent une manufacture de tissage de la soie à Spitafields à Londres dans les années 1620.


Depuis, on sait que l'élevage de petites chenilles accrochées aux branches du mûrier peut donner naissance à l’une des matières naturelles les plus fascinantes, sensuelles et résistantes qui soient, dont on sait faire depuis longtemps de riches et somptueuses étoffes dont se parent les élégantes et les plus belles demeures.


Sans oublier tout ce que la soie évoque de fascination et de douceur…